ACTUALITÉS
 

Chaire Hope : la recherche au service de la lutte contre la précarité énergétique

publié le 9 octobre 2018

La Fondation de l’Institut polytechnique de Grenoble a inauguré mardi 25 septembre une nouvelle chaire d’excellence industrielle intitulée « Hope » et dédiée à la lutte contre la précarité énergétique.

Depuis 2010, la Fondation Grenoble INP se donne pour mission de participer à la formation des étudiants de Grenoble INP, de renforcer le lien avec les entreprises et de contribuer à l’avancement de la recherche. Avec 8 chaires scientifiques déjà lancées sur des sujets variés (robotique, numérique, etc.), la Fondation se dote aujourd’hui d’une nouvelle grande thématique de recherche : le bâtiment et la lutte contre la précarité énergétique.

La lutte contre la précarité énergétique comme cadre de référence

Un rapport de l’Observatoire National de la Précarité Énergétique (ONPE) révèle qu’1 français sur 5 est en précarité énergétique. La loi du 12 juillet 2010 la définit ainsi : « est en situation de précarité énergétique une personne qui éprouve dans son logement des difficultés particulières à disposer de la fourniture d’énergie nécessaire à la satisfaction de ses besoins élémentaires en raison de l’inadaptation de ses ressources ou de ses conditions d’habitat ».

Devant ce constat, le Gouvernement a réaffirmé en avril 2018 avec le Plan de rénovation énergétique des bâtiments la nécessité d’éradiquer d’ici 2025 ans l’ensemble des « passoires thermiques ».

La chaire HOPE : objectifs et axes de recherche

La chaire HOPE est née d’une volonté commune entre Grenoble INP et de nombreux acteurs publics et privés de mettre en commun des moyens, des expériences et des besoins vis-à-vis de la lutte contre la précarité énergétique. Régis Largillier, titulaire de la chaire, précise à cet effet que l’objectif des recherches sera de « concilier économie et humain, technologie et social » autour de 4 axes de travail :

  • l’expérience : transformer des expérimentations terrain en solutions pérennes et commercialisables ;
  • la connaissance : travailler sur les modèles économiques, les organisations, les méthodes et outils de lutte contre la précarité ;
  • l’innovation : stimuler l’innovation et la création de solutions par la description du champ des possibles ;
  • la valorisation et la communication : partager, faire savoir, se connecter avec l’ensemble des acteurs, associations, institutions investis dans la lutte contre la précarité.

Placée sous le haut patronage du ministère de la Transition écologique et solidaire, la chaire est accompagnée de douze premiers partenaires variés et se dote de 500 000 euros pour démarrer.

Philippe Pelletier, président du Plan Bâtiment Durable a été désigné président du conseil scientifique de la chaire. À l’occasion des premières semaines de travail, différents axes de recherches ont d’ors et déjà été identifiés et ont permis de débuter les travaux.

Les premières thématiques de recherche
 
- Quelles innovations pour favoriser la co-production de services avec les usagers ?
- Vulnérabilité, santé et précarité énergétique : quels impacts réciproques, quelles mesures et mécanismes ?
d’amélioration des synergies ?
- Quelles évolutions de filières, de métiers de l’énergie et du rôle des acteurs territoriaux ?
- Quels réseaux de valeurs pour le développement et la diffusion de solutions précarité énergétique : de la solution technique à l’évolution du territoire ?

L’avancement des travaux de la chaire HOPE fera l’objet de communications régulières.

EN SAVOIR PLUS :