ACTUALITÉS
 

L’OID, c’est parti !

publié le 23 octobre 2012 (modifié le 29 août 2013)

Les membres et partenaires de l’Observatoire de l’Immobilier Durable étaient réunis ce 23 octobre pour le lancement effectif du projet.

Répondant au besoin d’outil pour le marché immobilier et aux préconisations du Plan Bâtiment dans le cadre des réflexions sur la rénovation du parc tertiaire, l’Observatoire de l’Immobilier Durable (OID) est officiellement lancé ce 23 octobre 2012 en présence de ses membres fondateurs : Altarea Cogedim, Amundi Immobilier, Arseg, La Française REM, Nexity, Sinteo, Société de la Tour Eiffel.

Cette association indépendante visera à présenter annuellement des indicateurs statistiques sur les performances énergétiques et environnementales de l’immobilier tertiaire privé et public français.

La matinée a été introduite par Philippe Pelletier qui a rappelé les grandes orientations de sa nouvelle feuille de route, l’attachement du Plan Bâtiment à la mobilisation des acteurs du de l’immobilier et le soutien à ce projet que la concertation sur la rénovation du parc tertiaire (menée par Maurice Gauchot) avait appelé de ses voeux.

Les différents membres fondateurs ont ensuite exposé leurs attentes vis à vis de ce projet qui constitue un outil fondamental de suivi et d’étude de la consommation énergétique du parc.

L’association s’adresse aux acteurs ayant un besoin de reporting et/ou de benchmark environnemental annuel sur leur parc immobilier

L’OID rassemble aujourd’hui les membres fondateurs qui ont travaillé pendant plus de 10 mois à la genèse du projet afin de fournir un cadre associatif indépendant et propice pour assurer la gouvernance d’une base de données, et pour suivre et faire évoluer un référentiel en toute transparence.
L’OID, qui de part ses membres présente aujourd’hui plus de 8 millions de m² tertiaire à usage de bureaux, commerces et logistique, est ouverte à tous les propriétaires et les utilisateurs, privés et publics, ainsi qu’aux experts du secteur (Conseils, Property Manager, BET).
L’OID cherche à créer un espace collaboratif favorable aux échanges de bonnes pratiques et de retours d’expérience.

Un véritable baromètre

L’OID permet la mise en commun de manière anonyme des données techniques des bâtiments (dont l’exploitation), selon un référentiel uniforme, et produit un benchmark public annuel.

Le référentiel, simple et fiable, repose sur les indicateurs réglementaires de l’annexe environnementale (énergie, eau et déchets), les émissions de CO2 et l’indicateur de performance intrinsèque des bâtiments CarbonScreen© qui permet à chacun de : Situer un bâtiment par rapport au marché ; Positionner l’impact de l’utilisation et de l’exploitation d’un bâtiment ; Mesurer le potentiel d’amélioration d’un site.
L’OID souhaite ainsi accompagner les acteurs à répondre aux exigences réglementaires tout en valorisant leur patrimoine en fournissant des éléments de réponse aux deux enjeux :
Un enjeu d’informations nécessaire à la définition de tout plan stratégique environnementale patrimonial ;
Un enjeu de mise en conformité réglementaire passant immanquablement par la mise en place d’un reporting environnemental (Art. 225 de la loi Grenelle 2, annexe environnementale, …).

Le 1er baromètre 2012 de l’OID sera présenté lors du salon du SIMI en décembre prochain

Il présentera les indicateurs statistiques d’un échantillon de plus de 5 000 000 de m², représentatif du patrimoine Français tertiaire, sur les 11 typologies de bâtiment tertiaire du référentiel de l’Observatoire.
Chacun des bâtiments présents dans la base de données fait l’objet la première année d’un Inventaire Technique (conforme à minima à celui de l’Annexe Environnementale) et d’un reporting environnemental les années suivantes sur les différents indicateurs environnementaux.

En 2012, 75% des bâtiments de bureaux se situent dans les trois classes E, F, et G du Diagnostic de Performance Energétique (DPE). Cette méthodologie permettra ainsi de suivre à une échelle statistique aussi bien qu’à l’échelle d’un acteur l’impact des actions menées sur les bâtiments comme les travaux de rénovation, les certifications en rénovation et en exploitation ainsi que les mises en conformité réglementaire.

EN SAVOIR PLUS :

Le site de l’Observatoire Immobilier Durable

Dossier de presse 23 octobre 2012