ACTUALITÉS
 

La société à 2000 Watts : une initiative Suisse

publié le 26 juillet 2012 (modifié le 29 août 2013)

Répondre au dérèglement climatique et à l’épuisement des combustibles fossiles constitue un double enjeu pour les sociétés de demain. Afin de relever ce défi, la société Suisse a adopté le principe de « société à 2000 watts ».


2000 Watts par an, c’est la consommation de l’être humain en moyenne mondiale. En 1960, la Suisse était une société à 2000 Watts. Les progrès en terme d’infrastructures et de technologies permettent aujourd’hui d’assurer le confort actuel avec 3 fois moins d’énergie par habitant et 4 fois moins d’émissions de CO2. Cette société aux allures d’utopie semble donc possible mais de nombreuses avancées politique, économique, sociétale et scientifique sont nécessaires pour y parvenir.

Le concept

Développée par les chercheurs des Ecoles polytechnique fédérales en 1998, l’idée a été reprise par le Conseil fédéral de Genève dans sa stratégie de développement durable ainsi que par les cantons de Bâle, Zurich et Berne, entre autres. Pour fixer l’objectif, ces universitaires se sont basés sur les besoins moyens en énergie par personne et par an. Ils sont parvenus au résultat suivant : chaque être humain consomme en moyenne 17500 kWh par an ce qui correspond à une puissance continue de 2000 Watts.

Que signifie 2000 watt ?

2000 Watts/personne/an, c’était l’énergie dépensée en Europe dans les années 60. La société d’aujourd’hui est trois fois plus énergivore en Europe (6000 Watts) et six fois plus aux USA (12000 Watts). A titre de comparaison, la moyenne par an par habitant est de 1500 Watts en Chine, de 1000 Watts en Inde et de 300 Watts au Bangladesh. 2000 Watts représente donc à peu près la moyenne mondiale actuellement.

Zoom : Consommation d’énergie en Europe

En 2011 dans les pays d’Europe, une personne consomme en moyenne par année plus de 8000 litres de pétrole (transport, chauffage, électricité, etc…) ce qui représente 55000 KW/h, environ 6000 Watts par année.
Le but de la Société à 2000 Watts est de réduire la consommation moyenne par personne à 2700 litres de pétrole brut ou 18000 kWh par année. Pour une famille de 4 personnes cette quantité d’énergie représente 10800 litres de pétrole par an.

Une approche globale :

Le chiffre de 2000 Watts comprend la demande domestique, celles de l’industrie et des transports ainsi que l’énergie grise (quantité d’énergie nécessaire à la fabrication). Tous les domaines du quotidien sont donc intégrés dans cette approche : les mesures en matière d’urbanisme, les politiques en matière de construction, de transports, de gestion des déchets et bien sûr le mode de vie de chacun.

Quels moyens pour y arriver ?

Réaliser des économies d’énergie : la plupart des objets de notre quotidien ont de faibles rendements énergétiques. Bien choisir ses ampoules ou son véhicule contribuera donc à faire d’importantes économies d’énergie, mais les potentiels les plus importants en matière d’amélioration de l’efficacité énergétique se trouvent sans doute dans les domaines du bâtiment et des transports.

Développer les énergies renouvelables : cette démarche est nécessaire pour se détacher de notre dépendance vis-à-vis des combustibles fossiles qui sont polluant et dont les ressources sont limitées

Priorité sur les bâtiments et les transports

Généraliser les maisons passives et à énergie positive

Les technologies actuelles permettent en effet d’augmenter considérablement l’efficacité énergétique sans pour autant réduire le confort et le niveau de vie. Les critères quantifiables pour mesurer l’attitude de chacun vis-à-vis du choix de son logement sont le standard du bâtiment (le besoin de chauffage en fonction de la surface), mais également le volume habitable utilisé (50 m2 seraient suffisants par personne).

Changer ses habitudes de déplacement

La circulation contribue à hauteur d’environ 30% aux émissions de CO2 et à la consommation d’énergie. Parcourir des trajets à pied ou à vélo diminuerait notre consommation d’énergie (d’environ 15% pour la mobilité). Pour les trajets longs, les transports en commun sont nettement avantageux. Adopter le principe d’une société à 2000 watts, c’est s’engager à prendre le train ou le bus chaque fois que c’est possible ; augmenter les offres de co-voiturage, conduire une voiture économe ou électrique. Il faut aussi éviter les trajets en avion sur de faibles distances qui consomment par exemple deux fois plus d’énergie au kilomètre que les trajets en voiture et cinq fois plus que les déplacements en train.

Une démarche volontaire et citoyenne

Cette démarche n’est pas réglementaire.
Elle se développe grâce à des initiatives locales (les régions, les cantons, les communes…).
Le citoyen est placé au cœur de la démarche.

Objectif 2000 watts pour les cités de l’énergie

Les territoires qui contribuent de manière significative à protéger le climat de par leur politique durable en matière d’énergie et d’environnement bénéficient du label « Cités de l’énergie ». La vision de la société à 2000 Watts a été a été largement soutenue politiquement par les Cités de l’énergie. La ville de Zurich fut la première de Suisse, à avoir voté à ce sujet : en 2008, plus de 75% des habitants se sont prononcés par référendum faveur d’une intégration des objectifs de la société à 2000 Watts dans l’organisation communale. Depuis, plusieurs cantons ont adopté cette stratégie (la Thurgovie, Berne, Uri, Lucerne, Bâle-Ville…).

Si son objectif est atteint, la société à 2000 Watts permettra une mobilisation de toute la filière du bâtiment et de tous les habitants autour des actes de construire, de se déplacer, de vivre dans le respect de leur environnement.

Ce système original et innovant n’impose aucune obligation aux régions pour entreprendre la démarche. En fixant des objectifs à atteindre pour chacun, ce modèle de consommation pousse le citoyen à agir et le responsabilise en le plaçant au cœur du dispositif. Cette démarche individualise les objectifs, pour valoriser la spontanéité et le volontarisme.

EN SAVOIR PLUS :

Le site de la société à 2000 Watts

Le site "Cité de l’énergie"