ACTUALITÉS
 

Le chantier "sensibilité des ménages et des entreprises"

publié le 26 octobre 2009 (modifié le 9 septembre 2013)

Le Plan Bâtiment Grenelle est en marche, et a très vite impliqué plusieurs centaines de personnes. Qu’en est-il, pour autant, de la sensibilité des publics à l’égard de la performance énergétique des bâtiments ?

Le groupe de travail a élaboré un questionnaire à destination des familles sur la réduction de la consommation d’énergie dans les logements, mais aussi des entreprises.

Lancé en octobre 2009, ce chantier, lié à la sensibilité des ménages et des entreprises, regroupe les fédérations d’associations familiales, les associations de propriétaires, de locataires, de consommateurs, les grands réseaux gestionnaires d’immobiliers, les représentants d’entreprises, les représentants des directeurs du développement durable, etc.

L’objectif

Ce groupe a vocation à suivre et à mesurer l’accueil du public, sur les mesures du Plan Bâtiment Grenelle et sur la question de la performance énergétique des bâtiments. L’objectif est de parvenir à créer un observatoire de cette sensibilité.

A partir de cet indicateur spécifique, il pourra être suggéré, en lien avec les services du MEEDDM et des établissements publics concernés (Ademe, Anah, etc.), de mettre en place des outils spécifiques de communication et d’information, de manière à favoriser une évolution des comportements.

Le pilote

Le groupe de travail est piloté par Eric Comparat (administrateur et président du Département Habitat et Cadre de Vie de l’UNAF).

Les pistes de réflexion

Différents constats et pistes d’amélioration émanent des premières réflexions du groupe :

  • Les publics demandent une information de proximité provenant essentiellement des mairies, qui sont considérées comme des lieux ressources et dont l’information reste neutre. Les ADIL peuvent également répondre à leur demande, et il est nécessaire de les faire connaître au plus grand nombre.
  • Ces derniers sont à la recherche d’un accompagnement global qui passe par l’audit énergétique, le choix des techniques, des matériaux et des entreprises, la demande de devis, la recherche des financements et des différentes aides, le suivi et la livraison des travaux. Avant de prendre une décision et de passer à l’acte, le particulier a besoin d’être mis en confiance.
  • Quelque soit le projet, accession à la propriété ou travaux, la capacité financière et donc le budget mobilisable, sont déterminants dans le choix du projet.
  • La plupart des travaux d’amélioration des performances énergétiques sont intégrés dans un projet plus global d’amélioration de la qualité de l’habitat, du confort de vie et du cadre de vie.
  • Il y a une prise de conscience grandissante, tant dans les projets d’accession à la propriété (en collectif ou en individuel) ou en location (parc public ou parc privé), sur la valeur future du bien au regard de ses performances et de la dépense énergétiques.
  • Concernant les grandes entreprises, l’aspect éthique et l’image prennent de plus en plus d’importance, et la pression de la société pousse les entreprises à agir. Les petites et moyennes entreprises réagissent aux différentes propositions de dispositifs, mais ne planifient pas sur le long terme.

Enfin, d’ici fin 2010, une enquête doit être lancée auprès de trois publics différenciés (les habitants et les familles, les entreprises hors secteur du bâtiment, les investisseurs), afin d’évaluer l’intérêt de ces publics pour les questions énergétiques.

Cette enquête synthétique reprendra des questions généralistes communes aux trois types de publics, et des questions spécifiques pour chaque catégorie. L’enquête portera, tant sur la sensibilisation des publics que sur les raisons du passage à l’acte, dans la réalisation de travaux d’amélioration des performances énergétiques.