Haut de page

Contenu

Le groupe de travail « Innovation » publie son rapport définitif « Leviers à l’innovation dans le secteur du bâtiment »

publié le 28 septembre 2011 (modifié le 4 septembre 2013)

Lancé un mai 2010, le groupe de travail « Innovation », co-piloté par Inès Reinmann et Yves Farge, rend son rapport dans lequel le groupe a souhaité montrer le formidable gisement d’innovation que la filière du bâtiment peut aujourd’hui exploiter pour atteindre le facteur 4.

Un changement de paradigme : de l’obligation de moyens à celle de résultats

Face aux défis environnementaux et économiques, le secteur du bâtiment doit opérer sa mutation. Pour catalyser ce phénomène, l’innovation est amenée à jouer un rôle clé. Contrairement à l’acception classique de l’innovation qui se réduit aux aspects techniques, le groupe a retenu celle décrite par l’OCDE (Organisation de Coopération et de Développement Economiques) telle que « la mise en œuvre d’un produit ou d’un procédé nouveau ou sensiblement amélioré, d’une nouvelle méthode de commercialisation ou d’une nouvelle méthode organisationnelle dans les pratiques de l’entreprises ».

Le rapport « Leviers à l’innovation dans le secteur du bâtiment » a pour vocation d’ouvrir de nouvelles pistes en termes d’innovation dans le bâtiment sur l’organisation de la filière, la réglementation et la législation, le financement, l’assurance et la certification, la copropriété, la mesure et la vérification, et les chaleurs récupérables.

Des propositions élaborées autour de 3 axes

L’esprit et la logique dans lesquels a travaillé le groupe « Innovation » s’articulent autour de trois mots d’ordre qui mettent en exergue l’immense potentiel d’innovation intrinsèque au bâtiment et à l’immobilier.

« Innover partout »

Innover à toutes les échelles géographiques (locale, nationale, internationale) et sur les différents champs d’actions : scientifique, technologique, organisationnel, financier et commercial

« Innover pour les utilisateurs »

Sortir du carcan de la technicité de l’innovation dans le bâtiment et de promouvoir la vision du bâtiment comme un service : les besoins des utilisateurs sont placés au centre de toutes les attentions

« Innover dans le processus »

Innover sur les aspects organisationnel, relationnel ou réglementaire est nécessaire pour gagner sur les coûts, l’amélioration de la qualité, la performance et par conséquent la compétitivité des entreprises

L’identification de 4 champs d’actions

Les 12 leviers identifiés par le groupe de travail ont été répartis selon quatre champs d’action afin de couvrir la majorité des freins susceptibles d’être levés pour favoriser l’innovation dans la filière du bâtiment. Pour présenter quelques idées du rapport, 4 exemples de propositions sont expliqués afin d’illustrer les champs d’action retenus.

1) Réaliser une étude macro-économique de dimension internationale sur le processus de construction/ réhabilitation/ exploitation dans le secteur du bâtiment.

2) Développer et accompagner les intégrateurs au travers des « groupements », notamment pour les artisans, TPE et PME.

3) Généraliser l’usage des outils et normes pour la maquette numérique, les échanges de données construction et faciliter l’émergence de méthodes de travail moins séquentielles.

4) Mesurer et vérifier les performances pour les garantir .

5) Mettre en priorité les chaleurs récupérables dans les énergies renouvelables Territorialiser l’innovation.

6) Soutenir et développer des plate-formes Bâtiment-Energie Grenelle sur le territoire, spécialisées dans le bâtiment et regroupant la formation, notamment sur les aspects de financement de l’innovation, le transfert de R&D, la démonstration et l’accompagnement des entreprises, notamment sur les aspects de financement de l’innovation.

7) Développer des zones franches sur le territoire, lieux privilégiés de l’innovation Financer et innover.

8) Faciliter l’accès des PME du bâtiment à des financements intermédiaires.

9) Créer des outils de financement de la rénovation énergétique des copropriétés.

10) Mettre en place de nouveaux modes de financement pour les investissements sur l’efficacité énergétique Innover par l’assurance et la certification.

11) Privilégier la garantie sur des risques réels 12) Fluidifier la procédure de certification française.

Focus sur quelques propositions phares


Innover dans la filière du bâtiment :

Proposition 2 : Développer et accompagner les intégrateurs au travers des « groupements », notamment pour les artisans, TPE et PME.

Les coûts étant plus élevés dans un processus séquentiel que dans un processus intégré, en raison de l’accumulation des assurances de chaque métier intervenant dans celui-ci, l’un des principaux leviers, serait d’adopter le schéma de processus intégré qui mènerait à posteriori à la généralisation de la performance énergétique. Pour générer une capacité de production plus importante, de meilleure qualité et à un moindre coût, les entreprises du bâtiment (notamment les TPE qui représentent 98% de ces entreprises) sont encouragées à opérer des actions groupées entre elles afin d’être plus compétitives. A chaque groupement d’entreprises serait affilié un « intégrateur » qui orchestrerait la mutualisation des compétences des acteurs du groupement (architecte, bureau d’études, entreprise de travaux, contrôleur technique, certificateur, etc.) afin de proposer une offre globale, notamment aux propriétaires de maisons individuelles et ainsi assurer une garantie de résultat.


Territorialiser l’innovation :

Proposition 7 : Développer des zones franches sur le territoire, lieux privilégiés de l’innovation.

Constituer des zones franches dédiées aux entreprises innovantes permettrait de leur offrir un terrain d’expérimentation allégé de certaines contraintes réglementaires, avec comme spécificité le soutien des collectivités locales, des investissements dédiés et un système d’assurance adapté. Ces zones franches portent en elles la promesse de générer l’émergence et le développement d’innovations, sous l’impulsion d’un responsable de l’innovation qui aurait pour mission d’assurer la gouvernance et le contrôle des zones franches.


Financer et innover

Proposition 9 : Créer les outils de financement de la rénovation énergétique des copropriétés.

La rénovation énergétique des copropriétés figure parmi l’une des rénovations de parcs de bâtiments les plus complexes à mettre en œuvre Le groupe propose que toutes les copropriétés bénéficient du système des audits et diagnostics, indépendamment du système de chauffage et que le champ des plans pluriannuels de travaux soit élargi à l’entretien, la sécurité, l’accessibilité, etc. Le fonds de réserve destiné à faciliter les démarches de travaux futures reste aujourd’hui une option pour les copropriétés. Afin d’étendre cet outil, il faudrait favoriser sa mise en place dans les copropriétés existantes et la rendre obligatoire pour les nouvelles copropriétés en construction. Enfin, les copropriétés tireraient grand avantage à faire appel à des assistants à maîtrise d’ouvrage, qui rempliraient une triple fonction de :

  • conseillers indépendants des syndics de copropriété, des entreprises et des industriels ;
  • chargés de la définition d’un programme adapté de travaux et de sa mise en œuvre ;
  • responsables du contrôle du résultat.


Innover par l’assurance et la certification :

Proposition 12 : Fluidifier la procédure de certification française

Pour favoriser l’innovation, l’assurance et la certification peuvent adopter un nouveau modèle. D’une part, le groupe préconise d’adapter les assurances au niveau réel des risques encourus par une innovation afin d’échapper au schéma classique pénalisant du « tout ou rien ». D’autre part, les évaluations comme l’ATEx (Appréciation Technique d’Expérimentation) et l’ATEc (Avis Technique) étant souvent hors de portée, le groupe propose la création de relais locaux du CSTB qui favoriseraient la proximité avec un plus grand nombre d’acteurs.
Elaborées grâce aux travaux de différents sous-groupes, les 12 propositions du rapport ne représentent en aucun cas un ensemble exhaustif, mais incitent à faire évoluer les schémas classiques d’organisations de la filière du bâtiment, dans l’espoir de tirer parti de tout son potentiel d’innovation.


EN SAVOIR PLUS :

  • Téléchargez le rapport « Leviers à l’innovation dans le secteur du bâtiment » (format pdf - 1.8 Mo - 04/09/2013)
  • Téléchargez le communiqué de presse (format pdf - 375.8 ko - 04/09/2013)
  •  
     

    Pied de page