Le Plan Bâtiment Durable Breton est en marche !

publié le 7 mars 2014

Le 24 février dernier, le Plan Bâtiment Durable breton a présenté son plan d’actions devant près de 150 professionnels réunis à Rostrenen.

Moins d’un an après le lancement de plan bâtiment durable régional (PBDr), ce sont près de 400 acteurs du bâtiment qui se préparent à passer à l’action. Ce plan a, au-delà de l’engagement environnemental, pour objectifs de créer des emplois et de renforcer la filière du bâtiment.

A là suite du premier atelier du PBD Breton en avril 2014, 8 groupes de travail, rassemblant l’ensemble des acteurs du bâtiment dans la région, ont été créés. Entre juillet 2013 et janvier 2014, ils se sont réunis au moins trois fois afin d’échanger et de repérer des actions exemplaires sur le territoire, répondant à 4 grands axes :

  • le développement à grande échelle de la rénovation énergétique ;
  • l’accompagnement des mutations de la filière bâtiment ;
  • la promotion d’une commande publique exemplaire ;
  • la valorisation des ressources locales et foncières des territoires.

A travers chacun de ces 4 chantiers, des actions concrètes seront mises en place. Ce plan d’actions vient ainsi répondre à différentes contraintes : les difficultés économiques du secteur du bâtiment, la forte poussée démographique qui nécessite de construire plus et les enjeux de la transition énergétique.
Quand on sait que le bâtiment en Bretagne représente 45% de la consommation énergétique et 13% de l’emploi, l’importance des chantiers engagés par le Plan Bâtiment Durable régional apparaît évidente

Les chantiers du Plan Bâtiment Durable breton

1. Développer à grande échelle la rénovation énergétique

Avec 23% des émissions de Gaz à Effet de Serre (GES), le bâtiment représente une source importante de pollution en Bretagne et c’est pour cela que le PBDr a fixé des objectifs ambitieux en matière de rénovation énergétique : passer de 18 000 rénovations par an aujourd’hui à 45 000 par an en 2020. Pour atteindre ces objectifs, les entreprises du bâtiment se doivent d’innover, d’augmenter leur qualification et d’optimiser leurs offres. De plus la coordination des différents intervenants tout au long de la démarche est nécessaire afin d’accompagner au mieux les demandeurs.

Les actions prioritaires :
• Faciliter l’émergence de tiers financeurs locaux et compléter l’action par la mise en place d’un tiers financeur régional, simplifier les démarches ;
• Constituer un fonds de garantie régional pour la rénovation énergétique ;
• Développer et renforcer les centres d’information et d’accompagnement des particuliers sur les territoires (PRIS, appel à projets régional sur la mise en place, locales, de plateformes de rénovation énergétique) ;
• Accompagner la gestion du risque (appui aux expérimentateurs innovant, information et dialogue auprès des personnes en situation de contrôle, bureau de contrôle, commission de sécurité…).

2. Accompagner la mutation de la filière bâtiment

Une révolution des métiers du bâtiment est nécessaire afin d’accompagner la transition énergétique. Cette métamorphose s’effectue aussi bien dans la compréhension et la connaissance des besoins et de l’environnement que dans les processus et les techniques de construction.
L’objectif pour le PBDr est donc de favoriser une nouvelle culture de la performance énergétique à travers l’innovation, la formation et la coopération entre les différents corps de métier.

Les actions prioritaires :

  • Formation des formateurs ;
  • Accompagner les entreprises vers la mention RGE (label Reconnu Garant de l’Environnement) ;
  • Structuration des filières bio-sourcées ;
  • Partager les basiques de la coopération dans l’acte de construire ;
  • Renforcer l’implication et l’écoute du client dans la conception du bâtiment ;
  • Favoriser le regroupement d’entreprises et la coordination des différents corps de métiers.

3. Promouvoir une commande publique exemplaire

Les commandes publiques doivent être perçues comme un levier appuyant sur l’exemplarité et permettant d’impulser des bonnes pratiques aux autres commanditaires. Ainsi, les critères environnementaux doivent être intégrés aux appels d’offres.
L’objectif est de promouvoir cette commande publique exemplaire à travers un guide des bonnes pratiques à l’usage des maîtres d’ouvrages et des collectivités.

Les actions prioritaires :

  • Reconnaître et valoriser les entreprises (RGE -Reconnu Garant de l’Environnement- et au-delà).
  • Production du « guide de la commande publique responsable pour le bâti » et diffusion auprès des maîtres d’œuvres et des collectivités.

4. Préserver et valoriser les ressources de nos territoires

Tout au long de la vie d’un bâtiment, une réflexion sur les ressources est nécessaire autour de l’utilisation de ressources de proximité, de l’occupation des territoires et des savoir-faire disponible dans les territoires.

Les actions prioritaires :

  • Expérimentation avec l’établissement public Foncier de Bretagne en vue de revitaliser les centres bourgs.
  • Valorisation des applications technologiques les plus efficientes.
  • Optimiser la gestion des déchets du bâtiment

EN SAVOIR PLUS :