ACTUALITÉS
 

Observatoire National de la Précarité Énergétique : au moins 3,5 millions de ménages en situation de précarité énergétique en 2019

publié le 22 janvier 2021

L’Observatoire National de la Précarité Énergétique (ONPE) publie ce jour les résultats de son tableau de bord 2020 qui révèle que 3,5 millions de ménages pauvres et modestes connaissent des difficultés à payer leurs factures d’énergie en France en 2019. Cet indicateur est en léger recul mais ne préjuge pas de la situation des plus pauvres.

Comme chaque année depuis sa création en 2011, L’ONPE et ses 29 partenaires œuvrent pour quantifier et qualifier l’ampleur du problème, assurer le suivi et la mesure des aides et des dispositifs existants, faire état des difficultés des ménages et identifier les leviers d’action pour lutter efficacement contre ce phénomène. Pour ce faire l’ONPE s’appuie actuellement sur deux indicateurs calculés à l’aide de nouveaux outils : un indicateur économique basé sur le taux d’effort énergétique et un indicateur basé sur le ressenti du froid.

La précarité énergétique impacte considérablement 30 % des plus pauvres

En 2019, 11,9 % des Français, soit 3,5 millions de ménages, sont en situation de précarité énergétique et font partie des ménages les plus modestes, d’après l’indicateur basé sur le taux d’effort énergétique estimé par le ministère de la Transition écologique. Les experts de l’ONPE alertent sur le risque de voir la précarité énergétique s’aggraver dans les années à venir en raison de l’augmentation du prix des énergies et de la diminution des aides financières (chèques énergie, aides FSL et aides direct).

On observe une augmentation du nombre de ménages ayant souffert du froid au cours de l’hiver dernier, en particulier chez les plus jeunes (18-34 ans) : 66 % d’entre eux ont restreint leur chauffage et 32 % déclarent rencontrer des difficultés de paiement.

Les dépenses énergétiques, un sujet d’inquiétude

D’après le Baromètre énergie-Info 2020, 80 % des ménages déclarent que la consommation d’énergie est un réel sujet de préoccupation (la proportion la plus élevée depuis son suivi en 2007).

Par ailleurs, le nombre de ménages qui rencontrent des difficultés de paiement de leurs factures a fortement augmenté. Il passe de 10 % en 2013 à 18 % en 2020 et se traduit par une hausse des interventions pour coupures. En 2019, 671 546 ménages ont subi l’intervention d’un fournisseur d’énergie suite à des impayés (+17 % par rapport à 2018).

La précarité énergétique risque de s’intensifier en 2020 et 2021, avec des difficultés plus importantes en période de confinement pour les ménages précaires.
Les mesures de confinement déployées pas la Gouvernement pour répondre à la crise sanitaire ont eu plusieurs conséquences sur les ménages Français, encore plus importantes pour les ménages en situation de précarité :

  • les revenus ont diminué, du fait du chômage partiel, des arrêts maladie pour garde d’enfant ou du recul des « petits jobs » ;
  • le paiement des facture d’énergie a été suspendu pendant les périodes allongées de la trêve hivernale, ce qui laisse craindre une explosion des impayés d’énergies et des demandes d’aides aux services sociaux ;
  • le confinement a favorisé l’isolement et la cohabitation contrainte dans des logements inconfortables ;
  • les visites à domicile et les travaux d’amélioration du logement ont été freinés.

« Au-delà de la mobilisation de ses partenaires et des outils d’aide à la décision proposés par l’ONPE, nous devons plus que jamais créer des synergies pour trouver des modes d’intervention plus adaptés à ces situations afin d’amortir cette crise économique et sanitaire qui fragilise d’abord les populations les plus précaires et risque de les faire basculer demain dans des situations de grande pauvreté. » Arnaud Leroy, Président de l’ONPE et de l’ADEME

EN SAVOIR PLUS :