ACTUALITÉS
 

Plus de 90% des français accordent de l’importance à la consommation énergétique de leur logement

publié le 29 février 2012 (modifié le 9 juillet 2013)

Crise économique, montée des prix des énergies, préoccupations environnementales croissantes : le contexte actuel est facteur de changement quant aux principales préoccupations des français.

29 février 2012 - Crise économique, montée des prix des énergies, préoccupations environnementales croissantes : le contexte actuel est facteur de changement quant aux principales préoccupations des français. 

camembertParmi elles, on retrouve notamment les dépenses énergétiques du logement, ce qui a conduit le groupe de travail du Plan Bâtiment du Grenelle sur "la sensibilisation des ménages et des entreprises », piloté par Eric Comparat (vice président de l’Union Nationale des Associations Familiales (UNAF), à élaborer une enquête à destination des ménages afin de connaître leurs perceptions des enjeux de la réduction de la consommation d’énergie. 

358 ménages ont répondu à cette enquête entre avril et juin 2011. Les résultats ont été ensuite enrichis par les analyses des acteurs du Plan Bâtiment Grenelle (bailleurs, professionnels de l’immobilier et du bâtiment, fournisseurs de services, habitants, …) 

 

Synthèse de l’enquête

 

93% des français accordent de l’importance à la consommation énergétique de leur logement.

Si les propriétaires restent les plus concernés par l’amélioration des économies d’énergie (du fait de leur intérêt direct et entier sur le sujet), aujourd’hui les français ont pleinement intégré les enjeux environnementaux à leurs réflexes quotidiens : ainsi éteindre la lumière dans des pièces inoccupées ou préférer la douche au bain sont devenus des évidences pour la très large majorité de nos concitoyens. On note que les femmes semblent plus sensibles à ces gestes économes quotidiens. 

Enfin, ce sont les ménages des classes moyennes et supérieures qui semblent le plus sensibilisés à cette problématique, ce qui peut apparaître paradoxal dans la mesure où ce ne sont pas eux qui souffrent en premier de la précarité énergétique.

Plus concrètement, près de 54% des ménages affirment avoir déjà effectué des travaux pour réaliser des économies d’énergie. Sur le plan du financement des travaux, les ménages interrogés admettent que des financements adaptés ou incitatifs constituent un véritable levier dans la prise de décision. 

La valorisation du bien immobilier ou « valeur verte » commence à émerger, mais n’apparaît pas encore aujourd’hui comme un élément déclencheur de l’action de rénovation. Les ménages interrogés rejettent totalement l’idée de dispositifs fondés sur la contrainte et plus d’un ménage sur deux se dit favorable à une politique mêlant contraintes et dispositifs financiers incitatifs.

Les ménages français s’intéressent de plus en plus aux problématiques de performance énergétique de leur logement. Dans leur recherche d’information, Internet est cité comme la première source de renseignements.

Il y a donc une réelle attente pour des sites donnant une information de confiance.

 

Les ménages français sont maintenant pleinement conscients du lien entre économies d’énergie, intérêt économique et intérêt écologique. Plus d’un ménage sur deux considère la performance énergétique de son logement comme une caractéristique très importante.

Par la mise en œuvre du Grenelle de l’Environnement et l’action du Plan Bâtiment Grenelle, la prise de conscience des ménages en faveur de l’efficacité énergétique des logements est réelle et les travaux de rénovation énergétique progressent.

enquete-2 (format pdf - 123.2 ko - 09/07/2013)
communique_presse (format pdf - 227 ko - 09/07/2013)