Rhône-Alpes

 

À jour au 01/03/2016

En bref

En novembre 2014, la Région Rhône-Alpes a lancé sa démarche Plan bâtiment durable Rhône-Alpes devant 200 personnes représentant l’ensemble des professionnels en lien avec le bâtiment : FFB, CAPEB, Architectes, Bureaux d’études, Lycées professionnels, CFA, économistes, promoteurs immobiliers, organismes de formation, Clusters et Pôles de compétitivité, etc.

À travers cette démarche, la région Rhône-Alpes entend notamment atteindre les objectifs suivants : 85 000 logements rénovés chaque année contre 20 000 en 2014, 8 à 10% des entreprises du BTP reconnues garantes de l’environnement (RGE) contre 4% en 2014.

Pour atteindre ces objectifs, le PBD Rhône-Alpes a réalisé à ce jour de nombreuses actions : l’élaboration d’un observatoire de la rénovation, la montée en compétence et la formation des professionnels, le développement de solutions techniques et financières innovantes, l’introduction progressive d’un guichet unique, la sensibilisation de la jeunesse… Retrouvez le détail de ces activités ci-dessous, année par année :

En 2015

Après plus de 9 mois de travail, en juillet 2015, ce sont plus de 130 personnes qui ont assisté à une restitution synthétique des travaux des 7 groupes thématiques mis en place par le plan bâtiment durable Rhône-Alpes en 2014. Ceux-ci se sont réunis 4 fois chacun afin de dégager des pistes de solutions pour massifier la rénovation énergétique des bâtiments.

A cette occasion les partenaires traditionnels de la Région Rhône-Alpes que sont la CAPEB, la FFB, l’ADEME et la DREAL ont témoigné de leur soutien à cette démarche et de leur satisfaction que la Région ait pris cette initiative. Les organismes professionnels ont rappelé l’urgence que le marché soit relancé et que la commande publique donne l’exemple.

Tout d’abord, les réflexions sur un éventuel observatoire ont permis de dégager l’idée d’un « thermomètre » de la rénovation. Afin de disposer d’une information régulière et utile pour piloter les interventions à mener, il s’agit de publier une newsletter par email à diffusion large avec des indicateurs pertinents retenus collectivement et des zooms sur tels ou tels résultats.

Concernant la montée en compétence, différentes pistes ont été identifiées pour faire émerger les conditions de commandes de travaux. D’abord, une conférence/échanges pour construire une culture commune, afin que tous les acteurs puissent se comprendre et aboutir à des travaux cohérents. Ensuite, la mise en place d’une plateforme de MOOC (vidéos éducatives en ligne) dans le cadre du projet national PBD/MEN/ADEME et du programme PACTE. Enfin, un travail sur la rénovation des copropriétés et immeubles collectifs pour mobiliser toute la chaine, replacer les architectes et les bureaux d’études dans le circuit, et pousser à la recherche d’optimisation des coûts et à la constitution en groupements.

Sur le terrain de l’innovation, les propositions sont multiples : d’abord, continuer le déploiement du BIM et fournir l’accompagnement nécessaire pour le traduire auprès de tous les acteurs du bâtiment ; ensuite, valoriser les matériaux existants sur le territoire en élaborant un « bau book » régional (base de données regroupant les performances des matériaux, notamment thermiques et acoustiques) à disposition des futures plateformes de la rénovation ; enfin, lancer un travail pointu sur les équipements avec le CETIAT pour construire des packages plus performants une fois mis ensemble. Concernant les usages, une journée d’échanges organisée le 13 avril à la Région avec des professionnels a fait apparaître qu’il était nécessaire de considérer les utilisateurs comme des acteurs de la performance du bâtiment en les associant le plus tôt possible.

Dans l’objectif de développer un guichet unique, et en ayant le souci permanent de faire le lien avec l’AMI Région-ADEME sur les plateformes de la rénovation des logements privés, le groupe a également travaillé sur les composantes de la plateforme « idéale ». Parmi les outils communs à développer figurent une psychologie du comportement et de ce qui peut déclencher ou pas l’achat de travaux, d’où une mise en place à venir de « démarcheurs » de la rénovation capables d’aller chercher les maîtres d’ouvrage. C’est dans ce cadre que la Région a lancé en décembre 2015 un marché dit « centre de ressources » pour apporter aux plateformes de la rénovation des outils et des solutions sur différents sujets.

En ce qui concerne la sensibilisation de la jeunesse, il est apparu nécessaire de refaire des métiers du bâtiment un choix de carrière pour les jeunes. A ce but, plusieurs pistes ont été retenues : organiser des journées locales destinées aux « adultes encadrants » que sont les Conseillers d’orientation, les professeurs principaux et les parents afin de redonner une bonne image à ces métiers ; construire un « portail internet » ouvrant sur toutes les formations en matière de bâtiment durable (par niveau, par département, …) et assurer une présence sur les réseaux sociaux pour toucher la cible des jeunes (vidéos témoignages de jeunes aux olympiades des métiers, concours de vidéo…) ; enfin, mettre à la disposition des responsables d’établissements une « caisse à outils » proposant les animations mises en place par les professionnels et par l’éducation nationale.

Au sujet du tertiaire public, l’objectif est de construire une « boite à outils » pour les maîtres d’ouvrage publics. Il s’agit d’améliorer la commande publique en partant de l’exemple des lycées de la Région pour donner quelques pistes d’élaboration de cahier des charges de maîtrise d’œuvre. Se dégagerait alors un premier niveau d’action avec une démarche de certification HPE proposée par CERTIVEA, suivi d’un deuxième niveau supplémentaire d’exigence et de garantie de performance avec le commissionnement, puis d’un troisième et dernier niveau avec les Contrats de performance énergétique et le respect des responsabilités de chacun. Un « guide de bonnes pratique » à l’usage des maîtres d’ouvrage publics est d’ailleurs en cours de rédaction.

Quant aux outils de financement, il s’agit de soutenir les publics précaires au-delà du programme habiter mieux de l’ANAH (avances remboursables, autorénovation accompagnée, fond de garantie….) tout en poursuivant le travail bilatéral avec les banques pour développer des prêts à taux bas et long terme et des packages acquisition/travaux ou eco-PTZ/prêt complémentaire.

Perspectives 2016

Le début d’année sera consacré à l’évolution du programme à l’échelle de la nouvelle grande région. Au-delà de cette nouvelle organisation, l’année sera consacrée au déploiement des actions définies en 2015.

En 2014

La région Rhône-Alpes s’est engagée en fin d’année 2014 dans la mise en œuvre de son Plan Bâtiment Durable  : le 17 novembre, à l’occasion d’une grande journée d’échanges entre les professionnels du bâtiment, elle a formalisé le lancement de cette déclinaison régionale. Dans la lignée de son engagement en faveur de la performance énergétique des bâtiments, elle devient la sixième région à officialiser un tel projet.

Sept groupes de travail ont été définis autour de thématiques précises : l’observatoire permettant de dresser un état des lieux et de fixer des objectifs ; l’innovation ; la montée en compétence des acteurs ; les outils de financement ; le guichet unique ; la sensibilisation de la jeunesse ; la Région exemplaire et les échanges d’expériences pour le tertiaire public. Ces groupes permettront d’établir, à horizon de six mois, une feuille de route. Celle-ci servira d’instance de référence du volet Bâtiment de la gouvernance du SRCAE (Schéma Régional Climat Air Energie).

Ce plan s’inscrit aussi dans la logique de la Stratégie régionale d’innovation, qui mobilise notamment les acteurs sur la conception et la réalisation de bâtiments intelligents à haute efficacité énergétique.

À travers cette démarche, la région Rhône-Alpes entend notamment atteindre les objectifs suivants : 85 000 logements rénovés chaque année contre 20 000 actuellement, 8 à 10% des entreprises du BTP reconnues garantes de l’environnement (RGE) contre 4% actuellement.

A l’occasion de cette journée de lancement et de mobilisation de la filière, Jean-Jack Queyranne, président de la région Rhône-Alpes, a également signé la charte pour l’efficacité énergétique des bâtiments tertiaires publics et privés, témoignant ainsi de l’engagement de la région sur cet axe stratégique. La région Rhône Alpes est la première région à signer la charte tertiaire et ses engagements portent plus particulièrement sur le patrimoine des lycées.

« La rénovation énergétique des bâtiments est un sujet majeur de la transition énergétique (20% des émissions de GES, 44% de la consommation d’énergie). Un peu plus de 20 000 logements sont rénovés chaque année en Rhône-Alpes notamment grâce au PREH, pour un objectif affiché de 85 000 par le SRCAE. 4% des entreprises sont reconnues RGE alors qu’il faudrait atteindre 10% pour massifier la rénovation thermique. La précarité énergétique grandit et concerne plus de 400 000 rhônalpins. Il faut lutter contre cela.

Il faut donner un coup d’accélérateur décisif à l’ensemble de nos actions !

Le Plan Bâtiment Durable Rhône-Alpes doit être pour les rhônalpins un vecteur de dynamique et de confiance retrouvée sur les questions énergétiques du bâtiment allant de l’amplification de la rénovation à l’innovation et à la recherche sur les procédés et les matériaux pour la rénovation. Ces thèmes sont explorés avec l’ensemble des acteurs du bâtiment mobilisés dans 7 groupes de travail avec l’objectif de produire une feuille de route à 6 mois.

Le PBD RA souhaite apporter un soutien durable au secteur du bâtiment qui rencontre aujourd’hui de graves difficultés et représente 49 000 entreprises, 160 000 salariés.

En résumé, le PBD RA c’est faire de ce qui peut apparaitre comme une contrainte environnementale, une formidable opportunité économique et sociale. »

Lionel Catrain, chef de projet Plan Bâtiment Durable Rhône-Alpes

Baromètres

Articles en lien

 
 
Plan Bâtiment Durable en Rhône-Alpes
publié le 11 décembre 2013 (modifié le 21 novembre 2014)