L’université de Rennes 1 signe une convention Intracting avec la Caisse des Dépôts

publié le 9 mars 2016 (modifié le 10 mars 2016)

Après l’université Paris-Ouest Nanterre La Défense, c’est au tour de l’université de Rennes 1, gestionnaire d’un parc immobilier de 370 000m², de s’engager dans la rénovation énergétique. Après avoir estimé le coût de travaux à 3 millions d’euros, l’université bénéficie d’un financement de la Caisse des Dépôts. Grâce à la convention Intracting, Rennes 1 dispose d’une aide à l’amorçage sous forme d’avance remboursable de 1,45 millions d’euros, pour améliorer l’efficacité énergétique de son patrimoine immobilier. Il s’agit de la convention Intracting la plus importante, à ce jour, au plan national.
Elle s’inscrit dans un processus de transition énergétique globale dans lequel les universités rennaises se sont lancées en 2012. C’est également dans ce cadre que le campus rennais s’était engagé en décembre dernier en signant la charte pour l’efficacité énergétique des bâtiments tertiaires publics et privés, portée par le Plan Bâtiment Durable.

Qu’est ce que l’Intracting ?

Cette convention Intracting, ou convention de performance interne, est un outil de financement innovant utilisé pour la mise en place de mesures d’efficacité énergétique. Créé en 1995 à Stuttgart, il repose sur l’idée d’un cercle vertueux : les économies générées par le financement d’actions de performance énergétique à petite et moyenne échelle sont réinjectées dans de nouveaux projets.

« Ce dispositif s’inscrit dans une stratégie énergétique et patrimoniale qui repose sur une démarche de transition énergétique  » précise Guy Cathelineau, président de l’université de Rennes 1.

En effet, la présidence avait déjà menée des études approfondies sur la consommation d’énergie à travers l’élaboration d’un schéma directeur énergie eau, et des pistes d’économies importantes avaient déjà été identifiées.

Ce financement sera donc investi dans un programme de travaux de maintenance et d’actions de maîtrise de l’énergie, comme l’automatisation de l’éclairage (détecteur de présence et lampes basses consommation), et des systèmes d’aération, la mise en place de compteurs d’énergie, ou l’amélioration des installations de chauffages de petites et moyennes tailles.

Dès 2014, l’université avait anticipé le recrutement d’un animateur énergie nécessaire dans le cadre du conventionnement. Ce professionnel, qualifié dans le domaine de la performance des flux, aura pour objectif de piloter ce projet de rénovation énergétique. De nombreuses actions de sensibilisation aux éco-gestes ont également été mises en place auprès des usagers des campus, des personnels et des étudiants, tout au long de l’année 2015.

Vidéo : Présentation de la mobilisation des Universités Rennes 1 et Rennes 2 en faveur de la transition énergétique

Ce dispositif s’inscrit dans l’objectif 2020 (loi Grenelle 2) de réduction de 40 % des consommations d’énergie et de 50 % des émissions de gaz à effet de serre des bâtiments publics. La Caisse des Dépôts s’est associée à la Conférence des Présidents d’Université (CPU), et accompagne, aujourd’hui, cinq universités : Paul Sabatier (Toulouse), Rennes 1 et Rennes 2, Blaise Pascal (Clermont-Ferrand), l’université de Reims, et l’université Paris-Ouest Nanterre La Défense.

L’université Rennes 1 en chiffres :

  • 27 700 étudiants
  • 3 700 personnels
  • 11 sites en Bretagne
  • 3 Campus à Rennes
  • 3 stations expérimentales

En savoir plus :