ACTUALITÉS
 

Valeur verte dans l’immobilier, une des composantes incontournables des prix de l’immobilier dans l’avenir

publié le 18 avril 2012 (modifié le 5 juillet 2013)

Selon une étude publiée ce matin par l’ADEME, plus de trois-quarts des français reconnaissent l’intérêt d‘une valeur verte dans l’immobilier…

La valeur verte

La valeur verte est traditionnellement présentée comme la valeur nette additionnelle d’un bien immobilier dégagée grâce à une meilleure performance environnementale : elle est principalement liée à la meilleure performance énergétique mais également à l’accès aux transports en commun, à ses matériaux de construction, à la qualité de son insertion locale etc.

L’étude de l’ADEME

L’étude menée a été réalisée avec le cabinet Sogreah afin de mieux définir la valeur verte dans l’immobilier et proposer une première approche chiffrée en France.

L’étude montre que si une grande majorité des français se disent favorables à l’acquisition d’un bien performant sur le plan énergétique, le passage à l’acte est en revanche plus nuancé.

Les particuliers ont du mal à estimer le potentiel de cette valeur pour les années à venir.

L’étude a donc essayé de chiffrer par une première approche théorique cette valeur : il est apparu que dans un contexte de marché immobilier peu tendu et de prix de l’énergie élevés, celle-ci peut devenir un critère important du choix des acteurs.

L’étude a été réalisée sur 8 cas types de rénovation et 23 cas de logements neufs.

Selon l’analyse, la « valeur verte » peut représenter de 5 à 30% de la valeur dans l’immobilier ancien (en fonction des sources d’énergies utilisées au départ, l’âge du logement…). Dans le neuf, la valeur additionnelle des logements respectant la RT 2012 par rapport à ceux respectant la RT 2005 se situe autour de 100€/m² SHON en maison individuelle et 60€/m² SHON en logement collectif

Par ailleurs, des retours d’expérience d’une dizaine de pays montre que la valeur verte peut se situer entre 2 et 7% de gain par rapport aux prix du marché.

Pour sensibiliser l’ensemble des acteurs du marché à l’amélioration des performances énergétiques du logement, l’ADEME préconise une série de moyens d’agir :

Meilleure sensibilisation et information du public sur les labels et la performance énergétique des logements
Développement et amélioration des outils de financements dédiés à la performance énergétique et environnementale de l’habitat (Eco PTZ, PTZ+)
Amélioration de la fiabilité des référentiels existants (DPE, Reconnu Grenelle Environnement)