Plan Bâtiment Durable

Publication du baromètre Bâtiment Durable et Transition énergétique de 2017

publié le 1er août 2017

Les CERC (Cellules Économiques Régionales de la Construction) sont les observatoires régionaux de la filière construction. Le GIE Réseau des CERC, regroupant les différentes cellules régionales, publie chaque année une synthèse des contributions régionales au sujet du bâtiment durable.

>> Télécharger le baromètre 2017 (format pdf - 3.2 Mo - 01/08/2017)

Ce baromètre est organisé en trois parties :

PARTIE 1  : L’environnement socio-économique du bâtiment durable et de la transition énergétique

D’après les anticipations concernant l’année 2017, celle-ci confirmera le redressement du chiffre d’affaires Bâtiment en France métropolitaine, avec une hausse de +3,1 % en volume, après une année 2016 déjà bien orientée : +1,6 %.
L’accélération devrait essentiellement concerner la construction neuve, qui progressera de 6 % en volume, après une hausse de 2,9 % en 2016.
L’activité d’entretien-rénovation devrait demeurer nettement moins dynamique à 1 %, poursuivant peu ou prou la légère amélioration enregistrée en 2016 (+0,7 %).

PARTIE 2  : L’impact des leviers à la transition énergétique dans le bâtiment

La prédominance du Crédit d’Impôt pour la Transition Énergétique (CITE) au sein des leviers à la rénovation énergétique des logement s’est nettement renforcée, plus d’1,1 million de foyers ayant obtenu un CITE via leur déclaration de revenus 2015, soit une hausse de plus de 70 % par rapport à l’année précédente. Globalement, près de 7 % de la cible du dispositif en a bénéficié en 2016.
Le CITE demeure de fait le principal outil de massification de la rénovation énergétique résidentielle, le montant moyen des travaux effectués s’établissant à un niveau nettement plus faible que les autres dispositifs.

Concernant l’Eco-PTZ, seule la version "milieu de gamme" (bouquet de travaux 3 actions) a légèrement progressé en 2016, les autres versions ayant reculé, notamment l’Eco-PTZ "performance globale" qui n’a concerné que 216 foyers en 2016. En termes de pénétration, le dispositif a touché 0,1 % des logements éligibles en 2016.

PARTIE 3 : La mobilisation des professionnels

Fin mars 2017, plus de 67 500 établissements reconnus RGE étaient dénombrés en France, soit une progression de plus de 10 % en un an an. Un effet pallier semble toutefois se dessiner progressivement, le rythme de pénétration du label RGE au sein du tissu économique ayant tendance à ralentir.
Par ailleurs, 2016 a été marquée par une hausse de la mobilisation des professionnels sur la thématiques des énergies renouvelables, les signes RGE afférents demeurant toutefois minoritaires à ceux relevant de l’efficacité énergétique.

EN SAVOIR PLUS :