Plan Bâtiment Durable

Le chantier EnR « Energies renouvelables » bat son plein !

publié le 1er juin 2010 (modifié le 6 septembre 2013)

Philippe Pelletier, président du Plan Bâtiment Grenelle, a souhaité la création d’un groupe de travail sur les énergies renouvelables, suite à la sollicitation du SER(Syndicat des Energies Renouvelables).
Serge Lepeltier
Le chantier Energies renouvelables et production de chaleur est piloté par Serge Lepeltier, ancien Ministre de l’Ecologie et du Développement Durable, ancien sénateur du Cher et actuel maire de Bourges. Serge Lepeltier est diplômé de l’école des Hautes Études Commerciales (HEC) et fut plus tard Auditeur de la 49e session de l’Institut des Hautes Études de la Défense Nationale (IHEDN). Auteur en 2003 d’un rapport sénatorial sur l’influence des gaz à effet de serre et sur le réchauffement de la planète qui fait autorité, Serge Lepeltier participe avec assiduité aux travaux du Grenelledepuis l’origine.

Le développement exponentiel des énergies renouvelables et leur production à une plus large échelle sont fondamentaux pour atteindre les objectifs du Grenelle dans le secteur du bâtiment. Le groupe de travail emmené par Serge Lepeltier a ainsi reçu pour fil directeur, la volonté de concevoir puis de porter des recommandations opérationnelles pour favoriser cette filière d’avenir, gisement essentiel de la croissance verte.

L’objectif est avant tout, de parvenir au but fixé par le comité opérationnel (comop) « énergies renouvelables », c’est-à-dire de réduire le contenu en carbone de l’offre énergétique française et dans un premier temps, d’atteindre les 23% d’énergies renouvelables (énergie finale) en 2020 dans de bonnes conditions environnementales et de faisabilité.

Le groupe de travail « Energies Renouvelables » a bien pris en compte les enjeux de leurs utilisations dans le secteur du bâtiment : tout d’abord, il faut songer à bien distinguer les secteurs concernés (habitat privé, habitat public et le tertiaire) puis, il faut maîtriser la partie risque et responsabilité du développement du marché énergies renouvelables (information, formation, qualification, assurance, garantie, etc), avant d’analyser les avantages et les inconvénients par type d’énergie (photovoltaïque, solaire thermique, éolien, bois, géothermie, réseaux de chaleur.)

Afin de faciliter les échanges et de faire émerger des propositions pour le Grenelle, il a été décidé de s’organiser par sous-groupes traitant plusieurs énergies : photovoltaïque, solaire thermique, éolien d’une part, bois, géothermie, réseaux de chaleur d’autre part. Chaque membre du groupe pourra participer aux réunions des sous-groupes.

Deux réunions ont déjà été tenues et le souhait de chacun est d’obtenir des propositions concrètes (législatives ou réglementaires) à l’issue de la réunion du 7 juillet dans l’optique d’être adoptées par la Loi de finance 2011, qui sera discutée en octobre par le gouvernement.